Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
And Linux For All

Articles avec #linux tag

Voir deux disques durs comme un seul avec LVM

17 Mai 2014 , Rédigé par Emmanuel PIEUX Publié dans #Linux, #HOWTO, #LVM

Il n'est pas rare de nos jours de disposer de plusieurs disques durs sur le même ordinateur. Même certains portables ont cette capacité. C'est le cas de mon ordinateur, qui dispose d'un disque dur de 250Go et d'un disque dur de 128Go, les deux en SSD.

Si vous avez déjà installé Ubuntu ou l'un de ses dérivé, vous lui avez peut-être laissé la charge de créer les partitions, en utilisant le partitionnement LVM :

Voir deux disques durs comme un seul avec LVM

Notez que si vous avez demandé le chiffrement du disque, le LVM est automatiquement coché.

 

Sans rentrer dans les détails, le partitionnement LVM a plusieurs avantages. Ceux qui nous intéressent dans cet article sont :

  1. nous pouvons étendre un volume LVM sur plusieurs disques.

  2. Nous pouvons le faire à chaud, sans démonter le système de fichier ou les partitions sur lesquels nous travaillons !

 

Si vous voulez plus d'informations sur LVM, lisez cet article wikipedia :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gestion_par_volumes_logiques

 

Je partirai ici du principe que l'installation est déjà faite, sur le premier disque dur (nommé généralement sda), avec un système de fichier basé sur LVM (chiffré ou non, peu importe). Le second disque dur (sdb) est vierge ou contient des données, peu importe, nous allons le formater.

A ce sujet : n'oubliez pas de faire des sauvegardes. Même si je n'ai jamais rencontré le moindre problème avec cette opération, rien n'est impossible en informatique, surtout les pannes ou les bugs ! Donc, assurez-vous d'avoir bien sauvegardé vos données avant de continuer.

L'opération n'est pas longue mais elle est un peu « rugueuse », car entièrement en ligne de commandes. Elle reste cependant simple à réaliser.

Lancez un terminal, puis connectez-vous en root, soit en tapant « su » si vous connaissez le mot de passe de l'utilisateur root, soit en tapant « sudo su » puis votre mot de passe sinon.

La première chose à faire, est de faire un état des lieux rapide de ce qui est en place. Pour cela, la commande suivante fait le boulot (ce qu'il faut taper est en bleu, ce qui est important en jaune) :

root@U2442:/home/emmanuel# pvdisplay

--- Physical volume ---

PV Name /dev/mapper/sda5_crypt

VG Name ubuntu-vg

PV Size 232,64 GiB / not usable 4,00 MiB

Allocatable yes (but full)

PE Size 4,00 MiB

Total PE 59556

Free PE 0

Allocated PE 59556

PV UUID ICjVBp-UOUC-t5H3-mlG9-1Eg3-vwSz-d3Rdd7

 

root@U2442:/home/emmanuel#

 

 

Les points à retenir sont :

  • Le nom du système LVM nous sera utile pour la suite : ubuntu-vg

  • Le disque fait 232Go environ.

  • Le reste n'est pas utile ici.

 

Nous allons préparer le deuxième disque dur, qui viendra s'ajouter à celui dont nous venons de faire connaissance (en jaune sont surlignées les informations importantes, en bleu ce que vous devez taper) :

root@U2442:/home/emmanuel# fdisk /dev/sdb

 

Commande (m pour l'aide) : p

 

Disk /dev/sdb: 128.0 GB, 128035676160 bytes

255 têtes, 63 secteurs/piste, 15566 cylindres, total 250069680 secteurs

Unités = secteurs de 1 * 512 = 512 octets

Taille de secteur (logique / physique) : 512 octets / 512 octets

taille d'E/S (minimale / optimale) : 512 octets / 512 octets

Identifiant de disque : 0x000dee0b

 

Périphérique Amorçage Début Fin Blocs Id. Système

 

Commande (m pour l'aide) : n

Partition type:

p primary (0 primary, 0 extended, 4 free)

e extended

Select (default p): p

Numéro de partition (1-4, 1 par défaut) :

Utilisation de la valeur 1 par défaut

Premier secteur (2048-250069679, 2048 par défaut) :

Utilisation de la valeur 2048 par défaut

Dernier secteur, +secteurs ou +taille{K,M,G} (2048-250069679, 250069679 par défaut) :

Utilisation de la valeur 250069679 par défaut

 

Commande (m pour l'aide) : t

Partition sélectionnée 1

Code Hexa (taper L pour lister les codes): 8e

Type système de partition modifié de 1 à 8e (LVM Linux)

 

Commande (m pour l'aide) : wq

La table de partitions a été altérée.

 

Appel d'ioctl() pour relire la table de partitions.

Synchronisation des disques.

root@U2442:/home/emmanuel#

 

Nous allons maintenant ajouter au groupe « ubuntu-vg » le deuxième disque :

root@U2442:/home/emmanuel# vgextend ubuntu-vg /dev/sdb1

No physical volume label read from /dev/sdb1

Physical volume "/dev/sdb1" successfully created

Volume group "ubuntu-vg" successfully extended

root@U2442:/home/emmanuel#

Voyons le résultat :

root@U2442:/home/emmanuel# pvdisplay

--- Physical volume ---

PV Name /dev/mapper/sda5_crypt

VG Name ubuntu-vg

PV Size 232,64 GiB / not usable 4,00 MiB

Allocatable yes (but full)

PE Size 4,00 MiB

Total PE 59556

Free PE 0

Allocated PE 59556

PV UUID ICjVBp-UOUC-t5H3-mlG9-1Eg3-vwSz-d3Rdd7

 

--- Physical volume ---

PV Name /dev/sdb1

VG Name ubuntu-vg

PV Size 119,24 GiB / not usable 3,34 MiB

Allocatable yes

PE Size 4,00 MiB

Total PE 30525

Free PE 30525

Allocated PE 0

PV UUID k5EDJ7-oAU4-HFuh-IQby-BwIL-LbWw-5nqxFP

 

root@U2442:/home/emmanuel#

 

Cette fois, nous voyons bien les deux disques, qui font tous les deux partie du groupe « ubuntu-vg ».

Nous devons maintenant étendre le volume logique sur le deuxième disque :

root@U2442:/home/emmanuel# lvextend -L+119G /dev/ubuntu-vg/root

Extending logical volume root to 343,74 GiB

Logical volume root successfully resized

root@U2442:/home/emmanuel#

 

Nous voyons ici que le volume logique a maintenant une taille de 343,74Go, ce qui correspond à nos 232,64Go du premier disque plus les 119Go du second. Nous avons presque terminé.

 

Si le volume logique fait bien 343Go, Linux ne voit pas encore cet espace donc ne peut pas l'utiliser. Il faut l'avertir que la taille du système de fichier a changé :

root@U2442:/home/emmanuel# resize2fs /dev/ubuntu-vg/root

resize2fs 1.42.9 (4-Feb-2014)

Le système de fichiers de /dev/ubuntu-vg/root est monté sur / ; le changement de taille doit être effectué en ligne

old_desc_blocks = 15, new_desc_blocks = 22

Le système de fichiers /dev/ubuntu-vg/root a maintenant une taille de 90109952 blocs.

 

Nous pouvons contrôler la taille du système de fichiers vu par Linux :

root@U2442:/home/emmanuel# df -h

Sys. de fichiers Taille Utilisé Dispo Uti% Monté sur

/dev/mapper/mint--vg-root 343G 71G 252G 22% /

none 4,0K 0 4,0K 0% /sys/fs/cgroup

udev 3,9G 4,0K 3,9G 1% /dev

tmpfs 788M 1,4M 787M 1% /run

none 5,0M 0 5,0M 0% /run/lock

none 3,9G 832K 3,9G 1% /run/shm

none 100M 20K 100M 1% /run/user

/dev/sda1 236M 46M 179M 21% /boot

 

root@U2442:/home/emmanuel#

 

Les 343Go sont bien là.

 

Par mesure de précaution, il est sage de redémarrer pour bien asseoir les modifications et s'assurer que tout va bien.

 

Deux ou trois petites choses encore :

  • l'opération est la même que LVM soit chiffré ou non.

  • Il est possible de reproduire l'opération sur d'autres disques.

  • Il est préférable d'utiliser des disques durs basés sur les mêmes technologies. Si vous disposez d'un disque SSD pour votre système et d'un disque dur traditionnel en plus, rien ne vous garantira que vos fichiers seront sur un disque ou sur l'autre. Les accès pourront donc être très rapides ou plus lents. Si vous disposez de deux disques SSD ou de deux disques traditionnels, alors foncez, vous ne verrez pas de différence de vitesse.

  • Ne confondez pas LVM et RAID. Le premier n'apporte aucune mesure de sécurité, contrairement à certains RAID. N'oubliez donc pas de sauvegarder régulièrement vos données.

Lire la suite

Faire de l'effet à XFCE avec KWin

6 Avril 2014 , Rédigé par Emmanuel PIEUX Publié dans #Linux, #XFCE, #KDE

XFCE est un environnement de bureau très populaire. Les utilisateurs l'apprécient avant tout pour sa légèreté, qui n'enlève rien à ses fonctionnalités.

Cependant, cette légèreté a un prix. XFCE ne dispose pas d'effet graphique digne des environnements de bureau plus gourmands en ressources (Gnome, KDE ou Cinnamon).

Un de ces effets en particulier est pour moi indispensable : la présentation des fenêtres. Je suis sans cesse en train de pousser le curseur de ma souris dans le coin supérieur gauche de mon écran, pour présenter en miniature les fenêtres de tous les programmes ouverts sur mon ordinateur à un instant T. Je passe beaucoup plus facilement d'une application à une autre en utilisant cette fonctionnalité qu'en cliquant dans la barre des tâches par exemple. Question d'habitude certes, mais mon propos est ici de souligner le fait que certains effets graphiques des bureaux modernes ne sont pas que des gadgets, et peuvent se rendre indispensables à certains d'entre nous, en plus de rendre le bureau plus agréable à regarder, bien entendu.

Faire de l'effet à XFCE avec KWin

L'idée que je cherche sans cesse à atteindre est de mélanger la légèreté d'un environnement comme XFCE aux fonctionnalités évoluées de KDE ou Gnome. Un seul environnement tiens la route pour cela à mes yeux : Pantheon. Développé entièrement pour une seule distribution, Elementary OS, que je recommande chaudement à tout utilisateur, il a l'inconvénient de ne tourner correctement qu'avec cet OS. Et j'attends avec impatience la prochaine version, qui sera basée sur Ubuntu 14.04, la version actuelle étant un peu à la ramasse puisque basée sur Ubuntu 12.04.

Bref, comment faire pour marier légèreté et effets graphiques ? En fait, j'ai découvert par hasard que c'est beaucoup plus facile que je le pensais initialement. Mes recherches précédentes m'avaient fait échouer lamentablement sur les plages maléfiques du mélange XFCE + Compiz. Il y a plus simple : XFCE + Kwin. Je réponds tout de suite aux remarques – légitimes – qui montreront que XFCE avec Kwin sera forcément moins léger que XFCE tout court. Certes, c'est une évidence. Mais ça sera toujours moins lourd que KDE tout seul ou Gnome tout seul.

Kwin est le gestionnaire de fenêtres de KDE. Il fait généralement partie d'un paquet plus important, KDE-Workspace.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut un environnement XFCE à jour et installé sur n'importe quelle distribution Linux récente (je ne peux assurer que ce qui va suivre fonctionne avec d'anciennes versions). Pour ma part, c'est Manjaro 0.8.9, avec XFCE 4.11, le tout mis à jour quelques heures auparavant.

Autre prérequis, disposer d'une carte graphique pas forcémement super-performante en 3D, mais qui en dispose au moins des primitives (une Intel intégrée à la carte mère fera l'affaire). Si votre ordinateur ne fait pas de 3D, ça risque de ramer sec, alors gardez XFCE de base, c'est plus prudent.

Il faut donc installer le paquet contenant le gestionnaire de fenêtre Kwin. Sous Arch Linux – et donc Manjaro – c'est le paquet kdebase-workspace. Sous Xubuntu, le paquet s'appelle kde-workspace. Utilisez votre gestionnaire de logiciels préféré pour trouver le bon suivant votre distribution. Quelques dépendances sont installées avec, ce qui représente quelque dizaines de mégaoctets à télécharger.

Une fois les logiciels installés, vous pouvez testez la fiabilité du procédé en tapant :

kwin --replace &

L'écran doit clignoter un chouia, puis les fenêtres doivent prendre la décoration de base de KDE, avec les boutons ronds classiques de cet environnement, et des ombres bleues doivent apparaître autour des fenêtres. Un nouveau panneau de configuration Configuration du système de KDE doit avoir fait son apparition dans les programmes. C'est le panneau traditionnel de KDE, qui vous permettra de modifier les paramètres utiles comme les effets graphiques ou le placement des boutons et du titre de fenêtre. Notez qu'il ne remplace pas celui de XFCE mais en devient un complément pour tout ce qui touche à la gestion des fenêtres.

Si tout se passe bien, en déplaçant le curseur de la souris en haut à gauche de l'écran, vous devez lancer l'effet présentation des fenêtres, pour peu que deux d'entre elles soient ouvertes sur votre bureau. Si l'effet se lance sans ralentissement et sans bug, c'est que vous pouvez pérenniser le mariage, en créant une tâche qui se lance à chaque démarrage de votre bureau.

Pour cela, lancer le panneau de configuration de XFCE et cliquer sur l'icône Session et démarrage dans la rubrique Système.

Faire de l'effet à XFCE avec KWin

Dans l'onglet Démarrage automatique d'application, cliquez sur le bouton Ajouter et tapez ce qui suit :

Faire de l'effet à XFCE avec KWin

Une fois ceci fait, déconnectez-vous de votre session et reconnectez-vous. Kwin doit tourner dès que vous êtes connecté. Si ce n'est pas le cas, vérifiez ce que vous avez tapé précédemment.

L'avantage de cette technique, c'est que vous pouvez faire marche arrière à tout moment en supprimant ou désactivant le lancement du programme au démarrage. Vous reviendrez alors au gestionnaire de fenêtres classique de XFCE.

Lire la suite