Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
And Linux For All

Sauvegardes intelligentes avec BackInTime

28 Novembre 2010 , Rédigé par Emmanuel PIEUX Publié dans #Applications

Si comme moi vous avez cherché pendant longtemps un logiciel de sauvegarde simple mais puissant, alors ne cherchez plus, utilisez Back In Time.

 

Avec ce logiciel, vous allez très simplement:

- faire une copie conforme de vos données à un instant T (un snapshot en terme technique)

- accéder à plusieurs versions d'un même fichier et remonter à la version qui vous convient lorsque vous en avez besoin

- faire des sauvegardes de façon transparente, sans même y penser.

 

Le principe de sauvegarde est le suivant: toutes les X minutes, jours ou semaines, la sauvegarde se déclenche automatiquement, pour peu que le disque de sauvegarde soit connecté. Le logiciel ne sauve que les fichiers nouveaux ou ayant changé depuis la dernière sauvegarde, ce qui permet d'économiser de la place sur le disque cible.

 

Installation

Utilisez votre gestionnaire de logiciel préféré pour l'installer. Faites une recherche sur les mots back, backin ou backintime, vous devriez trouvez votre bonheur:

Capture-Gestionnaire-de-paquets-Synaptic-.png

Dans cet exemple, avec Synaptic dans Linux Mint 10, la recherche sur le mot backintime donne trois réponses. Etant sous environnement graphique Gnome, il suffit de cocher "backintime-gnome" pour que le programme soit installé avec ses dépendances. Choisissez "backintime-kde" si vous utiliser KDE 4.

 

Première utilisation

Dans le menu des applications, vous devriez trouver deux nouvelles entrées:

Capture-1-1.png

Pour un usage courant, la première entrée suffit. La deuxième sert uniquement si vous voulez sauvegarder des données systèmes.

 

Le paramétrage est très simple. Cliquez sur le bouton Préférences: Capture-copie-1.png

La première chose à faire est de choisir la destination de vos sauvegardes (souvent un disque externe USB, mais ça peut être un lecteur réseau) et de choisir la fréquence de sauvegarde (de toutes les 5 minutes à une fois par mois):

Capture-Preferences.png

 

Sélectionnez ensuite les répertoires qu vont être sauvegardés. N'oubliez pas les répertoires cachés (ceux dont le nom commence par "." car ils ne sont pas pris en compte automatiquement:

Capture-Preferences-1.png

 

L'onglet Purge auto est important. C'est ici que vous décidez ce qui va être effacé automatiquement, en fonction de la date des fichiers, ou de l'espace disponible sur le disque cible.

Capture-Preferences-2.png

Les autres paramètres par défaut suffisent pour la plupart des utilisateurs. Validez les options et lancez votre première sauvegarde en cliquant sur le bouton... "Sauvegarder".
La première fois pourra prendre beaucoup de temps, en fonction du volume de vos données et de la vitesse du disque cible.
Les sauvegardes ultérieures seront beaucoup plus rapide, en fonction de la fréquence programmée.

 

Restaurer un fichier

Même si vous avez accès directement aux fichiers sur votre disque cible, il vaut mieux utiliser BackInTime pour restaurer les fichiers.

Sélectionnez à gauche la date de la sauvegarde que vous voulez récupérer, au centre l'endroit où doit se trouver le ou les fichiers à restaurer, et à droite les fichiers en question. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur votre sélection puis sur l'option "Restaurer":

Capture-Back-In-Time.png

ATTENTION: vos fichiers vont se retrouver à l'endroit exact où ils se trouvaient au moment de la sauvgarde. Ils vont donc écraser les plus récents !

 

Conclusion

BackInTime allie puissance et simplicité dans un logiciel qui sait se faire oublier une fois paramétré.

Vous pouvez l'utiliser pour des sauvegarges classiques ou pour conserver une trace de toutes les versions successives des fichiers sur lesquels vous travaillez.

Puissant et simple, un logiciel à utiliser sans modération. Si en plus votre disque externe est chiffré, alors vous aurez un système de backup sécurisé des plus efficaces.

Lire la suite

Fedora 14: installation en 21 images

27 Novembre 2010 , Rédigé par Emmanuel PIEUX Publié dans #Distributions

Après avoir inséré le CD et démarré le PC, choisissez la région "Français (France)" et le clavier "France":

Capture

 

Voici le bureau Live de Fedora. Double-cliquez sur l'icone "Installer sur le disque dur":

Capture-1

 

L'assistant d'installation démarre:

Capture-2

 

Choisissez le type de clavier pour votre futur système d'exploitation:

Capture-3

 

Si vous disposez d'un disque dur "normal", comme la plupart des utilisateurs, choisissez la première option (la deuxième est réservée aux disques distants, plutôt réservés aux professionnels):

Capture-4

 

Vous pouvez donner ici un nom réseau à votre machine. C'est Important si vous disposez d'un réseau local à votre domicile ou si vous allez utiliser cette machine au bureau. Autrement laissez la valeur par défaut:

Capture-5

 

Si tout se passe bien, Fedora détecte seule que vous êtes en France. Si c'est bien le cas, laissez les valeurs par défaut, sinon choisissez le fuseau horaire du lieu où vous résidez:

Capture-6

 

Choisissez un mot de passe pour l'utilisateur root (le super-administrateur du système). Pas trop facile le mot de passe...

Capture-7

 

Faites bien attention sur cet écran, surtout si vous avez déjà un OS sur votre ordinateur. Lisez bien les indications de chaque option pour ne pas faire d'erreur. Dans ce tuto, j'ai choisi de chiffrer mon disque dur pour plus de sécurité:

LCapture-8

 

Du coup, Fedora me demande le mot de passe qui va me servir à déverouiller mes disques durs au démarrage. Notez que vous si vous avez choisi le bon clavier au départ, vous pouvez mettre des caractères spéciaux ou accentués dans votre mot de passe:

Capture-9

 

C'est le moment fatidique: si vous cliquez sur le bouton "Ecrire les modificatins sur le disque", il sera trop tard pour revenir en arrière !

Capture-10

 

Patientez pendant l'installation du système:

Capture-11

 

Tout s'est bien passé ? Fedora vous félicite, vous pouvez fermer cette fenêtre et redémarrer le PC (n'oubliez pas de retirer le CD de votre lecteur !):

Capture-12

 

A chaque démarrage, Fedora vous demande le mot de passe de chiffrement, si vous avez décidé plus haut d'opter pour cette option de sécurité:

Capture-14

 

Voici le moment de faire les derniers paramétrage de votre tout nouveau système:

Capture-15

 

Vous n'avez pas fait tout cela pour refuser la licence, alors cliquez sur le bouton "Suivant" ici:

Capture-16

 

Créez ici votre compte utilisateur, celui avec lequel vous allez vous connecter tout le temps (bien sûr il ne faut jamais se connecter avec le compte root, vous le saviez n'est-ce pas ?):

Capture-17

 

Pour être toujours à l'heure, optez pour la synchronisation de votre ordinateur avec un serveur de temps:

Capture-19

 

Là, vous donnez un coup de pouce aux développeurs de Fedora, en leur envoyant des infos techniques sur votre ordinateur. Ca leur sera très utile et rassurez-vous, rien de personnel ne leur sera envoyé:

Capture-20

 

Enfin ! Vous voici presque au paradis: cliquez sur votre utilisateur, tapez votre mot de passe, mais avant de cliquer sur "Log In", vérifiez en bas de l'écran que votre clavier est bien en français; on ne sait jamais:

Capture-22

 

Cette fois vous y êtes ! Il y aura certainement beaucoup de mises à jour de logiciels à effectuer, alors connectez bien votre ordinateur à Internet et suivez ses recommandations:

Capture-23

 

Bienvenu dans Fedora 14 !

Lire la suite

Egayez votre bureau Gnome !

23 Novembre 2010 , Rédigé par Emmanuel PIEUX Publié dans #Brèves

Je suis un visiteur assidu du site http://gnome-look.org/. J'aime y découvrir des idées de décoration pour mon bureau Gnome. J'aime changer le look de mes icones, de mes fenêtres, de mon fond d'écran, et ce site est une véritable mine d'or pour cela.

 

Ce que j'ai pu constater depuis quelques années maintenant, c'est un obscurcissement de plus en plus net des thèmes de bureau proposés par les contributeurs, par l'utilisation de couleurs sombres: gris, noir, marron.

 

Jetez un coup d'oeil aux GTK themes sur le site: vous y verrez énormément de décorations de ce genre. Où sont passées les couleurs ?

 

Tout OS confondu, après une période bleue qui est venue de Windows, une période grise venue des Mac, nous sommes de plein pied dans une période sombre de Gnome sous Linux.

 

Regardez ces bureaux tristes: vous donnent-ils envie d'allumer votre PC ? Certes, ce sont souvent des thèmes très propres, très cleans, mais qui manquent cruellement - pour moi - de couleur.

 

Alors pour sortir de cette grisaille, je vous conseille cette page: http://www.gaia10.us/.

Vous y trouverez des nouveaux thèmes, que ce soit pour habiller vos fenêtres ou vos boutons, ou égayer vos fonds d'écran. C'est plein de couleur sans faire mal aux yeux, c'est frais, ça donne une vrai bouffée d'oxygème chaque fois que l'écran s'allume.

 

Voici une capture de mon écran actuel, avec lequel je travaille tous les jours. Certes ça reste une question de gout, mais avouez qu'un peu de couleur ne nuit pas :

Gaia10.png

Lire la suite

2011: l'année des desktop Linux ?

19 Novembre 2010 , Rédigé par Emmanuel PIEUX Publié dans #Brèves

L'année 2011 annonce des changements majeurs dans les bureaux Linux. Changements aussi bien dans le cœur de notre OS préféré que dans les distributions que nous utilisons au quotidien.

Faisons un petit tour rapide de quelques changements très excitants !

 

Tout d'abord, à tout seigneur tout honneur, un changement qui fait grand bruit en ce moment et qui devrait être concrétisé dans la prochaine version du noyau Linux: les déjà fameuses 233 lignes de code qui décuplent les performances multimédia de nos bureaux.

Un tour de force apparemment, reconnu par Linus lui-même. Il est un peu tôt pour crier victoire, mais la version 2.6.37 du noyau devrait intégrer ce patch, qui devrait nous permettre d'avoir un bureau plus rapide et plus "répondant".

 

Autre changement, mais non des moindres car il risque de toucher des millions de personnes: le changement d'environnement graphique d'Ubuntu. L'utilisateur sera confronté à un nouveau bureau, nommé "Unity" dans la prochaine version de l'OS, la 11.04.

Dérivé de l'environnement adapté aux mini-PC, cet environnement sera basé sur des nouvelles technologies telles que Mutter et Clutter, bases de Gnome 3, et adapté pour procurer une expérience utilisateur inédite. A tester donc.

 

En parlant de Mutter et Clutter, l'année prochaine devrait voir arriver enfin les premières distributions proposant Gnome 3 par défaut.

Ce nouvel environnement, une réécriture complète de Gnome 2, a pour but de moderniser l'interface vieillotte de Gnome, et de proposer de nouvelles bases solides pour les prochaines évolutions des bureaux, ainsi qu'une expérience utilisateur inédite grâce à gnome-shell.

 

Plus lointain mais toujours intéressant, il semblerait qu'un nouveau serveur graphique serait adopté par Ubuntu et peut-être Fedora dès l'année prochaine.

Plus léger que X, mieux adapté aux environnements 3D, il utiliserait de façon native les capacités OpenGL de nos processeurs graphiques.

 

Dans le domaine de la bureautique, un fork de OpenOffice, appelé LibreOffice, a déjà commencé son chemin. Basé sur le code source de son ainé, mais dissocié des développements d'Oracle, la communauté à l'origine de cette suite nous promettent de bien belles choses pour l'avenir, et notamment une expérience inédite en terme de bureautique. A surveiller de près !


Enfin, une nouvelle distribution devrait voir le jour l'année prochaine: Mageia.

Basée elle aussi sur un code source éprouvé, celui de Mandriva, elle nous promet, tout en conservant l'esprit de l'original, de nouvelles choses, que je ne manquerai pas de tester dès les versions alpha.

 

En tout cas, toutes ces nouvelles de changements vont certainement faire de cette année 2011 une année particulièrement intéressante.

Lire la suite