Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
And Linux For All

Ubuntu 12.10: Unity is good, finally !

17 Septembre 2012 , Rédigé par Emmanuel PIEUX Publié dans #Distributions

La prochaine version d'Ubuntu, Quantal Quetzal, prévue pour sortir le 18 octobre prochain, est disponible en version beta. L'occasion est trop belle de porter un premier coup d’œil à cette distribution majeure.

Pourquoi tester Ubuntu ?

Depuis quelques années maintenant et mon utilisation quotidienne d'ordinateurs portable avec écran 16/10 ou 16/9, je me suis forgé une physionomie de base à mes environnements de bureau, que je peux adapter aussi bien à Gnome qu'à KDE.

Tous mes bureaux successifs, quelle que soit ma distribution de travail, sont basés sur quelques éléments simples :

- des icônes sur un dock à gauche de l'écran, regroupant les applications que je lance le plus souvent

- la date, l'heure, l'indicateur de batterie, l'outil de captures d'écran, l’icône de réseau et un bouton de marche/arrêt/suspend dans le dock (KDE) ou dans une barre en haut de l'écran (Gnome) ;

- un mode de présentation des fenêtres actives en miniatures déclenché en collant le curseur de la souris dans le coin en haut à gauche de l'écran.

 

Les dernières distributions à se succéder sur mon poste ont été ces derniers mois, dans l'ordre, Mageia, Kubuntu, Fuduntu et OpenSuSE. Les deux premières et la dernière avec KDE, celle du milieu avec Gnome... 2 !

 

A chaque fois j'ai configuré mon bureau de la même façon.

 

Et puis un jour, les ténèbres autour de ma réflexion se sont déchirés, et j'ai vu la lumière ! « Mais cette façon d'agencer mon bureau, c'est tout à fait Unity !).

Évidemment, j'ai immédiatement sombré dans des abîmes de désirs contradictoires, vu les mauvaises expériences que j'ai pu avoir avec Unity depuis sa première version. Mais ces expériences n'ont en rien entachés les qualité d'Ubuntu, à savoir une distrib' facile et qui « marche », une communauté énorme et réactive, et une logithèque impressionnante. Si on y ajoute un kernel au top (le 3.5), Firefox 15 et LibreOffice 3.6, on se doit de tester !

 

Du coup, je me suis lancé en téléchargeant la version beta. Deux boots en live USB plus tard, j'ai sauté le pas et elle est aujourd’hui pleinement installée sur mon ordi. Et voici pourquoi...

Parce qu'Ubuntu est graphiquement « propre » et « consistante ».

Qu'est-ce qu'une distribution graphiquement « propre » et « consistante » ? C'est Ubuntu ;-) Ouais bon d'accord, je développe.

 

Lorsque vous lancez une distribution pour la première fois, vous avez une réaction instinctive basée sur vos goûts. Vous vous dites « c'est moche » ou « c'est joli » ou « whoua » ou « beurk », bref, une première impression. A la manière dont vous jugez involontairement les gens sur leur apparence au premier regard, vous faites de même pour un environnement de bureau.

 

Après vous rentrez dans les détails.

 

Je n'ai jamais vraiment aimé les couleurs sombres qui entourent les fenêtres d'Ubuntu, mais j'ai toujours aimé regarder les icônes et les effets de sur-lignage, de sélection ou de focus orange, rouge pale voire rose.

Autre chose que j'ai toujours aimé, ce sont les polices, ou plutôt la police Ubuntu et l'application de l'anti-crénelage. Pour ce dernier point, Gnome est le meilleur en la matière depuis des années, mais couplé à la police Ubuntu, c'est un régal pour les yeux sur l'écran, et les impressions papiers ne sont pas en reste.

Et donc, lorsque vous mélangez les couleurs, les polices, les icônes, qui composent le bureau d'Ubuntu, vous ne pouvez que constater que « ça fonctionne bien ». L'ensemble est très homogène, reposant pour les yeux, et finalement plaisant à regarder (bon, pour les couleurs, ça reste évidemment une question de goûts).

 

L'autre aspect, c'est que cette harmonie se retrouve dans la plupart des softs livrés avec la distrib. Firefox par exemple, n’apparaît pas comme complètement dissocié graphiquement du reste des applis, tout comme Libreoffice, qui reprend très bien la charte graphique d'Ubuntu. KDE est incapable de faire cela aussi bien, même avec Kubuntu ou OpenSuSE. Il essaie de le faire, mais il ne le fait pas aussi bien...

 

Du coup, on se retrouve avec un environnement et des applications qui ont une apparence commune. Ça paraît bête, mais cette harmonie est très importante pour le ressenti de l'utilisateur face à son environnement de travail. En tout cas, c'est important pour moi.

Parce qu'Unity correspond maintenant à ma façon de travailler

Depuis sa première apparition, Unity est soit décrié soit adulé. On aime ou on déteste. Certains crient au génie alors que d'autres crient à la régression infâme.

 

J'ai longtemps détesté.

 

J'ai changé d'avis.

 

Moyennant un petit tuning avec l'utilitaire Ubuntu Tweak, que je vous conseille d'installer dès le redémarrage après l'installation, on peut être très productif avec Unity, du moins avec la physionomie de bureau que j'utilise.

 

Espace-de-travail-1_001.png

 

D'abord, Unity est un dock. On peut y déposer les icônes de lancement de nos applis favorites très facilement. Des menus contextuels permettent, suivant la cible de l'icône, de lancer une nouvelle fenêtre, de créer un nouveau fichier, ou d'ouvrir un dossier. Il n'y a pas de visualisation miniatures des fenêtre ouvertes, mais ce n'est pas si gênant que cela. Et le système de sur-lignage des fenêtres lancées couplées aux petits pointeurs très visibles qui dénombrent le nombre de fenêtres lancées par application permet de savoir très rapidement ce qui tourne. Si l'on ajoute la présentation des fenêtres sur l'écran en pointant la souris dans un coin de ce dernier, on a un dock tout à fait correct. Ah, j'oubliais le clic sur l'icône d'une application affichant plusieurs fenêtres. Un clic sur celle-ci affiche en miniatures sur l'écran les fenêtres ouvertes, et seulement celles-ci, contrairement à la présentation générale des fenêtres qui les présente toutes, quelles que soient les applications lancées. Dernier point à ce sujet. Si vous avez plusieurs écrans connectés à votre ordinateur, la présentation des fenêtres fonctionnera pour chaque écran. Les fenêtres affichées sur un écran se miniaturiseront sur celui-ci, les autres fenêtres sur l'autre écran.

 

Le tableau de bord est assez déroutant au début, mais on s'y fait vite. Un clic affiche l'historique des applications lancées par l'utilisateur, ainsi que les fichiers édités par celui-ci. Un clic droit sur l'icône d'un fichier affiche un aperçu de ses caractéristiques, tout comme un clic sur une application (c'est une des nouveautés de cette nouvelle version). Retrouver ses fichiers les plus utilisés est donc assez facile, et l'historique des applications lancées moins souvent que celles du dock est tout à fait pratique à l'usage.

 

Capture-du-2012-09-17-12-17-57.png

 

Autre point, le menu global. Assez déroutant aussi au début, on s'y fait somme toute assez vite. Cela permet de gagner un peu de place en hauteur sur l'écran, et on se surprend assez rapidement à aller cliquer d'instinct dans le menu. A noter que la plupart des applications les plus courantes supportent ce mode d'affichage du menu.

 

Et pour finir, la cerise sur le gâteau, les performances ressenties. Sur mon Folio 13 (Core i5 à 1,6Ghz avec carte vidéo Intel intégrée et 4Go de RAM) j'obtiens un très bon niveau de réactivité, même avec beaucoup de fenêtres ouvertes, dont un Windows 32 bits utilisant 1,5Go dans Virtualbox. Tout est fluide et rapide, et répond immédiatement au clic. Du tout bon à ce niveau, certainement grâce à la nouvelle version de xorg et des bibliothèques opengl.

Parce que « ça marche »

Ce n'est pas nouveau, Ubuntu est réputé depuis longtemps pour cela. Une distribution facile à installer à utiliser et qui se débrouille pour vous fournir une expérience utilisateur riche et surtout sans contrainte. Vous avez besoin de Flash player ? Il est dispo. Vous avez des drivers wifi particuliers ? Ils sont dispos et Ubuntu sait les installer pour vous. Vous êtes en 64 bits mais vous avez un programme 32 bits indispensable ? Ubuntu saura le lancer, moyennant l'installation de quelques librairies supplémentaires. Vous gérez plusieurs réseaux et passez souvent de l'un à l'autre ? Créez des profils pour chacun et basculez de l'un à l'autre rapidement et sans plantage (tiens, un truc que Oinoin 7 ne sait toujours pas bien faire!). Et si vous voulez imprimer, même au sein d'une entreprise, Ubuntu est là distribution qui détecte le mieux les imprimantes disponibles sur un réseau, croyez-moi !

 

Certes, tout n'est pas encore rose dans cette version beta. Des crashs sont assez courants encore, mais c'est le lot commun aux pré-versions. En tout cas, aucun crash sérieux à déplorer depuis quelques jours, du moins aucun qui m'aurait fait perdre des données.

Parce qu'on trouve forcément ce que l'on cherche

Même si Ubuntu sait bien se débrouiller seul pour vous offrir la meilleur expérience utilisateur possible, il est possible que vous ayez un problème qu'il ne sache pas résoudre seul. Dans votre malheur vous avez de la chance, parce que lorsque vous allez faire une recherche au sujet de ce problème sur Internet, il y a de fortes chances pour que vous ayez un grand nombre de réponses, dues en grande partie à la communauté et aux utilisateurs d'Ubuntu. Ce n'est pas forcément le cas avec d'autres distributions.

 

Autre point positif, qui vient du succès de cette distribution. Lorsque vous voulez essayer un programme qui ne fait pas partie de la logithèque, vous trouvez la plupart du temps sur Internet une version Ubuntu. Parfois c'est même la seule version disponible en plus du code source. Je cède à la facilité ? Oui, et j'assume.

Parce que la logithèque est énorme

Vous cherchez un soft ? Vous le trouverez dans la logithèque. Et si ce n'est pas le cas, il y a fort à parier qu'une version pour Ubuntu existe quelque part sur Internet. Cerise sur le gâteau (ça fait deux, vous êtes gâtés), les versions installables et installées des logiciels sont très récentes.

 

Logitheque-Ubuntu_002.png

 

La logithèque, très bien conçue à mon goût avec son fonctionnement et son look inspiré des « App store » mobiles est une aide précieuse à l'installation de logiciels. Mais si vous cherchez une bibliothèque ou un logiciel très particulier qui n’apparaît pas dans la liste, n'hésitez pas à installer Synaptic, le gestionnaire de paquet historique d'Ubuntu, qui fonctionne encore parfaitement et qui a une granularité de recherche bien plus fine. Un simple

sudo apt-get install synaptic

installera le programme et tout ce qui va bien pour qu'il fonctionne.

Parce qu'il y des bonus

Et on commence par Ubuntu One, le service « à la Dropbox » d'Ubuntu. Sauf qu'ici vous disposez de 5Go gratuits au lieu de 2 chez le concurrent. Attention, je ne dis pas que c'est le meilleur service du genre, mais celui-ci à l'avantage d'être parfaitement intégré à la distribution et propose sensiblement les mêmes prestations. Côté confidentialité des données, je n'ai pas plus d'infos que cela, alors on peut réserver l'usage de ce service à des fichiers peu importants.

 

Ubuntu-One_003.png

 

La logithèque est donc un très bon app store, qui ne se cantonne pas aux softs, mais apporte aussi son lot de revues et livres divers, en anglais la plupart du temps.

 

Vos comptes Facebook, LinkdIn, Google et autres peuvent être rassemblés dans l'outil « Online accounts », pour vous permettre de partager plus rapidement et facilement les informations, et échanger avec vos amis et vos communautés. Les services sont transparents et bien intégrés dans le bureau, avec Empathy par exemple pour communiquer et montrer votre disponibilité ou celle de vos correspondants.

 

Quelques petits programmes bien pratiques sont là aussi pour améliorer votre vie numérique, comme un outil de sauvegarde bien pratique ou un outil de gestion des informations privées.

 

Ah, j'ai failli oublier ! Le programme d'installation vous propose désormais de chiffrer la totalité du disque dur, en plus du dossier utilisateur. Cette fonctionnalité, indispensable si vous avez un ordinateur portable, est très facile à paramétrer : un clic et deux fois un mot de passe suffisent.

Alors ce bilan ?

Très bon !

 

Je suis le premier étonné de trouver un réel plaisir à utiliser Unity. Mais ce plaisir est bien réel et je pense être parti pour quelques mois avec ce nouveau compagnon de tous les jours...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

http://www.axogreen.fr 20/06/2014 02:45

Merci très beaucoup pour ce post. Sympa.

dépannage informatique à domicile rouen 06/05/2013 19:31

j utilise la 12.10 pour faire mon Seo mais avec le bureau KDE je le trouve moins austère...

dépannage informatique à domicile rouen 06/05/2013 19:22

J utilise Linux depuis 19 ans ...si tu as besoin d un coup de main pour répondre au question je le fait volontiers ..

Ndairou 30/12/2012 10:50

Comment faire pour obtenir ce thème avec menu déroulant? Merci